Aujourd’hui un de nos membres a écrit un petit mot dans notre livre d’or!! 🙂

Aujourd’hui un de nos membres a écrit un petit mot dans notre livre d’or!!
Merci D.P;!!

“Bien que le chemin des agences matrimoniales, encore moins les sites de rencontre ne soient mon chemin, j’ai toujours cru que leur efficacité devait être nettement supérieure à la sélection personnelle que l’on fait soi-même. Les statistiques des mariages et divorces font plutôt la preuve du hasard que d’efficacité. Berkeley Intl. prépare tout un chemin. J’ai constaté qu’une sélection professionele est faite sur base de multiples maîtrises parmi un nombre (inconnu mais limité) de personnes qui ont manifesté être prêtes pour une nouvelle rencontre. Difficile de faire mieux soi-même. Le temps et l’énergie disponibles ne sont pas à négliger.

Mes contacts avec les responsables de Berkeley m’ont immédiatement inspiré confiance. Elles me semblent très dévouées, capables, sérieuses (sans pour autant se prendre trop au sérieux), enthousiastes et munies d’une bonne éthique du travail. J’ai particulièrement apprécié la compréhension et la compassion pour ma situation et mon histoire. Avant tout je devais être prêt à m’investir moi-même. Il est clair que les sentiments forment un pilier fondamental dans l’approche, ce qui n’est pas évident dans un monde fort cartésien, et entièrement opposé aux algoritmes des sites.

La discrétion avec laquelle les informations sont traitées m’a beaucoup plu. Les candidates étaient présentées anonymement, avec toutes les informations nécessaires et estimées utiles. Elles m’étaient délicatement avancées, même avec des informations parfois moins agréables, sans nuire à la confiance dont ont témoigné les postulantes concernées.Une fois que des contacts étaient proposés, ils sont restés limités, et toujours à la hauteur des espérances. Le suivi de mon dossier était assuré, tant des présentations que des rencontres.
Dès la quatrième présentation, Berkeley m’a présenté la femme que je ne pourrais mieux décrire que mon “soul-mate”. Bravo et merci Berkeley!”